On est loin aujourd’hui de la jolie ritournelle de Charles Trenet.

Comme dans nombre de villes et de villages, la prolifération de pigeons est devenu un fléau à  Joyeuse. Les pigeons urbains sont tellement nombreux qu’ils provoquent des nuisances insoutenables. Nos bâtiments leurs offrent de nombreux recoins, plus encore que les falaises jadis, ce qui favorise leur reproduction.

Conséquence : les fientes se retrouvent concentrées. Riches en acide urique, elles attaquent le zinc des toitures, des corniches, des abergements de cheminées, la pierre des bâtiments…C’est également une source d’odeur nauséabonde. Outre la propreté, un problème sanitaire se pose : « les pigeons véhiculent des maladies dangereuses pour les jeunes enfants et les personnes souffrant d’insuffisance respiratoire ».

Suite à ce fléau et aux nombreuses plaintes des habitants, la commune a décidé d’agir sans tarder. La lutte contre les pigeons consiste à réguler leur population. Il ne s’agit en aucun cas de les exterminer, mais d’éviter leur prolifération et les éloigner afin d’éliminer toute nuisance.

Toutes mesures prises par le conseil municipal n’auront que peu d’impact sans l’étroite coopération de nos habitants. La municipalité cherche des solutions et va également prendre des arrêtés lui permettant d’agir en ce sens.

« Les conseils de vos élus » :                                         

– Ne pas nourrir les pigeons afin de ne pas les attirer,

– Les déloger des endroits où ils nichent et détruire immédiatement les nids et les œufs.

– Obstruez les orifices, les cavités, lucarnes, baies et notamment tous lieux susceptibles de leur procurer un lieu de nichage.

Toutes les mesures doivent êtres prises si la pullulation de ces animaux est susceptible de causer une nuisance ou un risque de contamination de l’homme et des animaux par une maladie transmissible.