le site de la Mairie de JOYEUSE 07260 - Voie piétonne dans la vieille ville

banmairie.gifbanparc.gifbanstatvert.gifbanvma.gif

Secrétariat et services
 ↑  
Recherche
Recherche
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
Google Translation
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.mairiedejoyeuse.fr/data/fr-articles.xml

RÉUNION PUBLIQUE DU 26/09/2017 : BILAN PIÉTONNISATION DU VIEUX JOYEUSE

Madame le Maire a présenté ses excuses en son nom et au nom du Conseil Municipal pour ne pas avoir organisé de réunion publique avant que la décision n'ait été prise. Elle regrette de ne pas avoir mieux communiqué en amont. Cependant, suite aux premières réactions, Madame le Maire a proposé cette réunion, jugeant utile de traiter le sujet juste après la saison, et ainsi de recueillir les opinions, les ressentis et les suggestions des habitants et des commerçants. Madame le Maire a fait part des retours qui lui ont été transmis par Lionel Pelin, ASVP :

Les gens poussaient le panneau et passaient quand même

Malgré l’interdiction de stationner, certains commerçants ont stationné dans la rue

Les commerçants ont trouvé qu’après 16h était une heure tardive : ils ont pensé qu’à partir de 14h pour fermer à 22h au lieu de 00h serait plus adapté

Il était entendu que les commerçants enlèvent le panneau à 00h, or, à plusieurs reprises, le panneau a été enlevé à 22h ou 6h du matin

Mettre des barrières fixes pour simplifier le fonctionnement

Avoir diminué la plage horaire de fermeture a apaisé les esprits

Les estivants et les Joyeusains ont trouvé la fermeture de la rue aux voitures très agréable

Ensuite, la parole a été donnée au public :

Une personne a exprimé son mécontentement quant à une décision qu’il juge méprisante pour les habitants, notamment à cause de la suppression de la seule place de parking.

Une autre personne remercie le Conseil Municipal pour avoir revu l’amplitude horaire de départ. Elle regrette néanmoins l’attitude de certains artisans, restaurateurs et commerçants qui, selon elle, n’ont pas assez joué le jeu car en soirée, tout était fermé. Elle n’est pas contre le principe de la piétonnisation, mais souhaite des aménagements au niveau horaire et organisationnel.

Un habitant désapprouve l’amplitude horaire choisie, et a constaté que le soir, les vitrines étaient éteintes, les commerces fermés. Il n’est pas contre l’idée de la piétonnisation l’après-midi mais selon lui cela n’avait pas de sens jusqu’à minuit.

Un autre habitant se demandait quel était le sens de fermer s’il n’y avait aucune animation ?

Une habitante regrette l’état de la rue : l’odeur des égoûts, la présence de rats … Selon elle, il faut avant toutes choses assainir et limiter la pollution des voitures. Elle propose que la rue soit piétonne à l’année pour ces raisons, avec un accès pour les personnes âgées et les riverains.

Un habitant propose que le panneau autorise les riverains à passer.

Madame le Maire a informé que la sécurité est une priorité nationale et le mercredi, la mairie est obligée de fermer la rue, car les rues sont pleines. D’autre part, elle a reçu très régulièrement des plaintes de riverains à cause des véhicules. Elle est bien consciente que cela implique de changer ses habitudes, et que ce n’est pas confortable. Elle rappelle que ces deux mois étaient un essai, que cette réunion justement est faite pour voir ce qu’on peut faire afin d’améliorer les choses pour chacun.

Une résidente ayant organisé une exposition à la Peyre a constaté que cette année, elle a fait 30 % de plus qu’il y a deux ans grâce à la piétonnisation. Elle a parlé de l’importance économique du tourisme pour Joyeuse, et des enjeux que cela représente pour tous. Elle préconise que les habitants fassent un effort d’autant plus que cela ne concerne que deux mois de l’année.

Une commerçante qui ouvrait 7j/7 sans interruption et en nocturne le dimanche. Elle rappelle que les commerçants n’ont pas vocation à être ouverts en nocturne, et a ajouté qu’à son sens, minuit était une heure trop tardive. Elle apprécie l’initiative de la mairie d’entamer le dialogue pour améliorer les choses depuis plusieurs années de demande !

Une représentante de l’association de la Rue des arts a lu le bilan de leur récente réunion : ils ont été agréablement surpris d’apprendre que tous les après-midi la rue serait fermée aux véhicules. Ils ont été étonnés par l’amplitude horaire (inutile en soirée car les boutiques ferment dès 20h). Elle expose la situation des artisans qui ne peuvent pas, matériellement parlant, ouvrir plus. Le bilan est très positif pour tous les artisans. Ils ont regretté que l’annonce soit si tardive, car cette maladresse a été la cause de mécontentement. Selon eux, cette mesure doit être reconduite, mais en améliorant le fonctionnement. Ils ont fait part de la nuisance occasionnée par le passage de mobylettes.

Madame le Maire reconnait que les horaires de départ étaient extravagants, mais explique que c’était une question de pratique pour les employés communaux qui entament leur journée de travail à 6h du matin. L’heure a été revue très rapidement. Le système de panneaux doit être revu, et d’autres expériences sur la commune ont démontré que les cadenas étaient régulièrement vandalisés. Le système de plots qui s’enfoncent ne sera envisageable qu’après les travaux. Il faudra refaire une réunion en début d’année pour présenter les nouvelles idées et propositions. Madame le Maire propose de se concerter avec la rue des arts pour définir la bonne amplitude horaire.

Un habitant demande le coût de l’installation d’un système de plots. Jean Louis Rosado, adjoint et responsable du technique, a expliqué que le système entier serait très coûteux. Alain Perez, conseiller municipal, pense qu‘un accès occasionnel et d’urgence doit être possible. Il suggère l’installation d’un panneau sens interdit sauf riverains.

Les commerçants proposent de fermer l’accès aux voitures de 16h à 19h.

Un riverain propose une mesure peu couteuse : panneau interdit sauf riverain, installé à l’année. Réactions négatives du public. Alain Reynouard, premier adjoint, constate que ces panneaux ne sont pas respectés. Il est proposé de fermer dès l’avenue Plan Bernard.

Un commerçant pense que la rue devrait être piétonne à l’année avec un système de plots pour les riverains.

Alain Reynouard préconise l’installation d’une barrière blanche comme pour le marché avec un cadenas.

Jean-Louis Rosado informe que les sens de circulations vont changer à l’avenir (des réunions publiques seront organisées). Un habitant ajoute que l’information doit être faite par des panneaux bien plus en amont.

Un riverain dit qu’en 35 ans, il n’y a jamais eu d’accident, il ne trouve pas que la situation était dangereuse et ne comprends pas pourquoi prendre ces mesures.

Un habitant parle du besoin de revoir les parkings : au parking face à l’hôpital, les gens se garent n’importe comment, au parking de la brèche également.

Alain Reynouard informe que le parking de l’hôpital n’appartient pas à la commune mais à l’hôpital.

Un commerçant parle d’un problème qui selon lui est plus global que celui de la piétonisation : d’où les incompréhensions des différentes parties. Notamment du fait du trop faible nombre de places de parking.

Un habitant demande pourquoi la place handicapé a été supprimée: Jean Louis Rosado affirme que la place a été déplacée place de la recluse.

Alain Perez propose de d’utiliser la place de parking de la grand rue en hiver pour les voitures, et en été pour les vélos.

Une habitante demande à ce qu’une réunion pour les poubelles soit organisée. Madame le Maire va en parler à l’élu responsable car la commune n’est pas en charge des poubelles.

Une habitante demande où en est le désenclavement de Jamelle ? Madame le Maire a exposé la complexité de la situation: il est nécessaire de devenir propriétaire de certains terrains pour désenclaver, ce qui est difficile. Il faut aussi prendre en compte la problématique du PLUI, compétence qui passe à la Communauté de Communes. Il n’y a pas de solution évidente à l’heure actuelle.

Un habitant évoque la question de l’éclairage des rues : Jean Louis Rosado affirme que les avis divergent sur la question.

Une habitante de la Grand Font trouve que le quartier est très sale. Jean Louis Rosado informe que les employés municipaux ramassent un petit camion de bouteilles tous les jours, malgré le travail de pédagogie fait au quotidien.

Madame le Maire a bien pris note de tout ce qui a été exposé ce soir. Elle s’excuse une fois de plus de ne pas avoir fait de réunion publique avant de prendre la décision. Elle propose qu’une réunion en début d’année soit organisée pour proposer une nouvelle manière de fonctionner.

reunionpieton.jpg


Précédent  
  Suivant